courriel : goulwen_dy@hotmail.com

Dynamique de l'épinette noire occupant les cuvettes de gel radiatif de la forêt boréale
Direction : Serge Payette

Goulwen_Dy.JPG

Les cuvettes de gel sont des sites concaves où s’accumulent les masses d’air froid pendant les nuits calmes et claires. Ces milieux sont reconnaissables par l’ouverture du couvert forestier qui les borde. Cette étude a pour but d’évaluer l’impact du gel printanier et estival sur la colonisation et la croissance de l’épinette noire dans les cuvettes de gel de la forêt boréale. Un inventaire de ces formes a été réalisé dans le Parc des Grands-Jardins, situé dans les hautes terres de la région de Charlevoix (Québec). L’analyse des photographies aériennes prises entre 1950 et 1996 a permis d’évaluer la colonisation progressive des cuvettes de gel par l’épinette noire, réduisant ainsi leur superficie totale de 34 %. L’analyse dendrochronologique effectuée dans 12 sites a permis d’évaluer un établissement récent des arbres dans les cuvettes de gel pendant les années 1970 et 1980. Par ailleurs, l’étude des cernes de gelée a révélé un impact limité des températures froides pendant cette période. Enfin, la chronologie d’élongation annuelle des arbustes installés dans les cuvettes de gel est corrélée négativement avec l’intensité du gel pendant la saison de croissance. Les cuvettes de gel sont toutes situées dans la pessière à lichens, milieu favorable à la formation de masses d’air froid. Après un feu, l’établissement de l’épinette noire échoue dans les cuvettes en raison du gel récurrent et intense pendant la saison de croissance. Ensuite, les arbres colonisent progressivement les pentes vers les dépressions. Lorsque l'impact de la perturbation s'atténue, l’épinette noire peut s’établir dans les cuvettes de gel. Cependant, la colonisation de ces milieux est très lente. Une fréquence élevée des feux permet alors l’ouverture permanente des cuvettes de gel.

Publication

Dy, G., Payette, S., 2007. Frost hollows of the boreal forest as extreme environments for black spruce tree growth. Canadian Journal of Forest Research, 37: 492-504.