courriel : hugo.asselin@uqat.ca

Dynamique végétale d’une toposéquence subarctique : interaction entre le climat et les incendies forestiers
Direction :
Serge Payette  

Hugo_Asselin.JPG

L'action combinée du climat et des incendies forestiers au cours des trois derniers millénaires est à l'origine de la structure particulière du paysage de la toundra forestière au Québec nordique, dont l'unité de base est une toposéquence végétale constituée d'un couvert lichénique et arbustif sur le sommet des collines déboisées par le feu, suivi à mi-pente par des pessières à lichens et dans les bas de pente par des pessières à mousses et des tourbières. La dynamique de ces toposéquences, de leur formation post-incendie jusqu'à nos jours, est encore relativement méconnue. Le but de cette thèse de doctorat était de décrire cette dynamique à différentes échelles spatiales. À l'échelle régionale, il s'agissait de confirmer le rôle du feu dans l'ouverture du paysage de la toundra forestière et de déterminer l'époque où le phénomène a été le plus marqué. À l'échelle locale, un site complexe a été étudié comprenant un plateau palsique en dégradation, un fen pauvre, des sites mésiques à épinette noire et des sommets de collines déboisés et mettant en évidence les mécanismes influant sur la dynamique d'une toposéquence subarctique typique.

Une nouvelle méthode de quantification des micro-charbons de bois sur lames polliniques a permis de différencier les feux locaux (survenus à l'intérieur du bassin versant d'un lac) du bruit de fond attribuable au transport à longue distance des charbons. L'ouverture du paysage de la toundra forestière a eu lieu de façon plus marquée entre 2000 et 900 ans avant l'actuel, probablement en association avec une incidence de feu plus élevée.

L'identification anatomique de charbons de bois récoltés sur le sommet d'une des collines de la toposéquence étudiée (brûlée vers l'an mil) a permis d'en reconstituer la composition végétale avant feu. La dominance de l'épinette noire (recouvrement = ca 32 %) à l'époque contraste fortement avec la dominance actuelle du bouleau glanduleux. L'étude des cernes de croissance d'épinettes noires vivantes, mortes et subfossiles le long de la toposéquence montre que, outre le feu, le pergélisol et une inondation d'ampleur régionale ont eu des effets marqués sur le développement de la toposéquence étudiée.

Publications

Asselin, H., Payette, S. 2006. Origin and long-term dynamics of a subarctic tree line. Écoscience, 13 (2): 135-142. 

Asselin, H., Payette S., 2005. Detecting local-scale fire episodes on pollen slides. Review of Palaeobotany and Palynology, 137: 31-40.


Asselin, H., Payette, S., 2005. Late Holocene deforestation of a tree line site: estimation of pre-fire vegetation composition and black spruce cover using soil charcoal. Ecography, 28: 801-805.


Asselin, H., Payette, S., 2005. Late Holocene opening of the forest tundra landscape in northern Québec, Canada. Global Ecology and Biogeography, 14: 307-313.


Jasinski, J.P.P., Asselin, H. 2004. Alternative view on alternative stable states. Frontiers in Ecology and the Environment, 2: 10-11.


Asselin, H., Payette, S., Fortin, M.-J., Vallée, S., 2003. The northern limit of Pinus banksiana Lamb. in Canada: explaining the difference between the eastern and western distributions. Journal of Biogeography, 30: 1709-1718.