courriel : alice.schaffhauser.1@ulaval.ca

Paléoécologie et pédogéomorphologie des tourbières ombrotrophes de la Côte-Nord (Québec, Canada)

Direction :
Serge Payette

Alice.jpg


Dans la Côte Nord, les tourbières ombrotrophes (TO) occupent les dépressions des grands deltas postglaciaires entre Tadoussac et Natashquan. Elles font partie des TO non forestières et des tourbières à pergélisol décrites par Payette et Rochefort (2001). L'objectif principal du projet de recherche est la détermination et la reconstitution des conditions écologiques ayant favorisé la formation initiale de ces tourbières. Le premier objectif se rapporte à la datation au radiocarbone (datation par spectromètre de masse couplé à un accélérateur de particules, AMS) des premières couches de tourbe et des horizons organiques des sols minéraux afin de connaître l'époque de la paludification des sites. L'échantillonnage est effectué le long d'un transect suivant la toposéquence d'un site de TO exploitée (Baie-Comeau, Pointe-Lebel) depuis la forêt. Sont analysés par théodolite les profils topographiques de la surface et du fond de la tourbière, avec prélèvement d'échantillons organiques et minéraux à tous les 100 mètres. Ce travail pourra également être complété par d'autres études (Sept-Îles et Havre Saint-Pierre) réparties en fonction de l'altitude, afin de tenir compte du relèvement postglaciaire au cours du processus d'entourbement. Le deuxième objectif vise à évaluer les modalités du processus de paludification de la tourbière à l'aide de l'analyse macrofossile et pollinique des bases de la tourbe. On recherchera la composition botanique de la végétation initiale qui fut affectée par l'accumulation de la tourbe. L'hypothèse d'une végétation forestière initiale soumise à la paludification sera testée par la comparaison des spectres macrofossiles. La durée de la période forestière initiale sera évaluée à l'aide de la datation des restes ligneux.

Références

Payette, S. & Rochefort, L. 2001. Écologie des tourbières du Québec-Labrador Les Presses de l'Université Laval, Québec, 621 p.